Mischief Managed

Forum Harry Potter du temps des maraudeurs
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le grand, l'incomparable Cornedrue [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James Potter

avatar

Nombre de messages : 13
Age : 28
Maison : Gryffondor
Date d'inscription : 15/08/2007

MessageSujet: Le grand, l'incomparable Cornedrue [TERMINE]   Dim 19 Aoû - 22:06

Le début peut vous paraître étonnant, mais faut pas s'y fier Wink

Les entrelacs du crépuscule s’étendaient lentement dans le ciel, dessinant une toile irrégulière et brumeuse. L’obscurité se mélangeait peu à peu aux pierres usées de Poudlard, et seuls quelques fenêtres étaient encore allumées, carré lumineux dans cet ensemble de ténèbres. Le bureau du professeur Slughorn était de celles-là, faible clarté de chandelier qui oscillait comme un bateau dans l’océan. Le volumineux professeur était légèrement anxieux, enfoncé dans un fauteuil moelleux qui crissait au moindre mouvement, ses doigts boudinés plongeant à une allure constante dans une coupe remplie à ras-bord de cerises confites. Il n’aimait pas veiller tard, ses nerfs s’en ressentaient à coup-sûr le lendemain et il pouvait se montrer irritable avec ses semblables ; choses qu’il tenait pourtant à éviter. Néanmoins, c’était cette lettre, cette fichue lettre reçue ce matin qui le contraignait à renoncer aux bienfait du lit. Et si seulement l’auteur de cette missive pouvait avoir assez de politesse pour se montrer à l’heure prévue…
C’est alors que trois coups furent frappés à la porte et, sans même qu’Horace eut donné la permission d’entrer, le panneau s’ouvrit sur une femme aux boucles compliquées et aux lunettes d’écailles.


- Bonjour Horace, dit-elle d’une voix mielleuse.

Elle découvrit trois dents en or d’un seul et vaste sourire.

- Ah ! Rita ! marmonna Slughorn en se hissant de son siège. Ravi de vous voir à l’heure. Je pensais, pendant un instant, que peut-être…

Mais Rita Skeeter investit la pièce d’un pas de sénateur, ses hauts talons provoquant de petits claquements secs sur le parquet ciré. Elle serrait entre ses doigts manucurés un sac en crocodile au contenu douteux. Slughorn lui tourna le dos, préférant occuper ses mains à remplir deux verres d’un épais mélange doré.


- Oui, maugréa-t-il. Oui, bien sûr. Vous savez l’affection que je vous porte, et vous savez aussi que je ne peux rien vous refuser.

Il se retourna, tendit l’une des coupes à la journaliste radieuse, et ils burent en silence. Le vent frappa contre les vitres, les faisant trembler légèrement.

- Comment va votre sœur, Gabby ? demanda Horace après un temps.

Rita s’installa dans le fauteuil faisant face à celui de Slughorn, vida le reste de sa boisson d’un trait, passa une petite langue sur ses lèvres vermeilles, et répondit d’une voix lasse :

- Elle est en pleine forme, comme à son habitude.

- Elle n’a jamais eu un talent manifeste pour les potions.

La journaliste eut une moue, puis se cibla sur le sujet de son intérêt véritable :

- Si nous en venions au fait, Horace ?

- Potter.

- Comme vous le savez sûrement, je compte bien écrire une biographie sur ce sujet tellement passionnant. Après tout, ce garçon est légendaire, tout comme les séquelles qu’il gardera à jamais. J’ai bien entendu déjà récolté le maximum d’informations – c’est mon métier – mais quelques points restent encore obscurs au sujet de son père.


- La réputation de James Potter n’est plus à refaire au sein de cette école, Rita, avertit Slughorn d’une voix grave. Ses frasques au sein de l’école…

Il s’interrompit subitement, la vue d’une grosse plume d’un vert criard et d’un bloc-note vierge tout droits sortis du sac en crocodile l’intriguant au plus haut point. La pointe de la plume se tenait en suspend au-dessus du papier, prête à inscrire dans l’urgence. Horace connaissait fort bien la réputation de Rita, et il n’ignorait donc pas son utilisation abusive d’une Plume à Papote. Néanmoins, jamais il n’aurait imaginé qu’elle s’en serait servi en sa compagnie.

- Eh bien ? demanda Rita d’un ton impérieux en souriant à nouveau.

Le professeur de potions se racla bruyamment la gorge, déstabilisé, et pointa un doigt boudiné sur le manteau de la cheminée, où reposait une photo décolorée, encadrée dans un argent délicat. On pouvait y voir un James Potter tirant sur la fin de son adolescence, enserrant par la taille une ravissante jeune fille aux yeux incroyablement verts.

- Je pourrais, bien entendu, vous parler de Lily, dit Horace avec un sourire nostalgique. Elle a toujours eu des dispositions extraordinaires en pot…

- James Potter suffira, trancha la journaliste avec une pointe d’impatience.

Slughorn s’enfonça confortablement dans son siège, légèrement courroucé, et se lança finalement dans un long récit à caractère émouvant :

- Comme vous le savez sûrement, James Potter est né le vingt-sept mars 1960, dans un village tellement banal qu’en citer le nom serait ridicule. Ses parents - des sang-purs, de toute évidence – furent ravi de cette naissance ; cela faisait quelques années qu’ils aspiraient à agrandir leur famille. Malheureusement pour eux, James fut leur seul et unique enfant, mais étant un garçon, il assurait la bonne continuité de la lignée des Potter. Ainsi que des Peverell, bien sûr – vous n’êtes pas sans savoir qu’Ignatus Peverell était l’un de leur ancêtre ? On a toujours murmuré qu’il leur avait légué un héritage fabuleux…

Le Plume de Rita grattait le papier à une vitesse folle, brisant le silence somnolent de petites touches d’écriture soutenue.

- J’ignorais cette généalogie particulière, avoua la journaliste dans un souffle.

- Très peu sont dans la confidence, répondit Slughorn en bombant le torse avec fierté. Toujours est-il que le petit James fut élevé sous la coupole d’une série de valeurs fort louables : générosité, respect d’autrui, courage…

- Toutes les caractéristiques des Gryffondor en somme, intervint Rita.

- Evidemment. Ses parents s’y étaient tous deux rencontrés, savez-vous ? Mais je crois aussi que cette tradition à se retrouver chez les Gryffondor a dû effrayer le petit James. La peur d’être réparti dans une autre maison. Mais il y était prédestiné, c’était un garçon nerveux, mais plein de talents. Et honnêtement, de vous à moi, quand il a reçu sa première baguette, je me suis toujours demandé comment il avait résisté à la tentation de ne pas l’expérimenter sur-le-champ.

- J’ai entendu dire qu’il s’était plutôt bien rattrapé par la suite.

- Effectivement, effectivement. Cela s’est passé directement dans le train, lors de son tout premier voyage. Il a rencontré Sirius Black et l’amitié a presque été immédiate, je les ai vu déambuler dans les wagons en lançant des sarcasmes à tout va. Je m’en rappelle parfaitement vu que je tenais une petite réunion dans ma voiture privée. En revanche, une grande animosité a également pris place à l’égard de Severus Rogue. Lui et Lily Evans étaient très proches, à l’époque ; ils se connaissaient déjà avant d’entrer à Poudlard. Il faut dire que cette fille…

- Et puis James a été envoyé à Gryffondor, en fin de compte, trancha Rita en faisant exécuter à sa Plume une longue rature.

- Mouis, marmonna Slughorn. Et il y a retrouvé Black. J’aime autant vous dire qu’ils ont commencé leur année assez fort : le lendemain de la répartition, je trouvais du vinaigre dans mon Hydromel. Et en dépit des nombreuses retenues distribuées par notre bon Argus Rusard, leurs frasques n’ont malheureusement pas diminué. Au contraire, elles étaient de plus en plus effrontées, et j’ai moi-même failli demander leur renvoi. Saviez-vous qu’ils ont réussi à ensorceler les Grands Sabliers ? Gryffondor avait plus de mille cinq-cent points d’avance. Sans compter que deux autres larrons sont venus compléter leur bande : à savoir Peter Pettigrew et Remus Lupin.

- Le loup-garou ? s’exclama Rita.

- Seuls les membres du corps enseignant étaient dans la confidence, à cette époque. Quoi que j’ai assez vite soupçonné James d’avoir découvert le secret. Lui et ses amis ont été pris plusieurs fois en train de rôder dans les couloirs les nuits de pleine lune. Il paraît évident qu’ils ignoraient les risques qu’ils encourraient. Ce que j’ai appris par la suite…

Il se pencha en avant avec des airs de conspirateur.

- C’est qu’ils étaient en fait des Animagi ! En enfreignant les lois de l’école, ils ont atteint un niveau digne des plus grands sorciers. Et le pire, c’est qu’ils se retrouvaient tous les quatre dans le parc, les soirs de transformation. Aberrant n’est-ce pas ? Devenir Animagus en cachette ! Quelle idiotie !

Rita remua sur son siège, mal à l’aise.

- Et si vous m’en disiez plus sur la rivalité qui opposait James Potter à Severus Rogue.


- J’allais y venir ! D’ailleurs, Rogue se raccroche à cette histoire d’escapades nocturnes. Il était assez futé pour son âge, et je pense que lui non plus n’a pas tardé à découvrir la lycanthropie de Remus. Et un beau jour… Black lui a révélé le passage secret menant à la Cabane Hurlante. Une erreur qui aurait pu coûter cher : heureusement que James est intervenu à temps. Sans quoi j’aurai un autre collègue au poste de défenses contre les Forces du Mal à l’heure où je vous parle. La fait de s’être fait sauver la vie par son pire ennemi ne plut pas du tout à Severus. Loin de là. Je crois que jamais nous n’avons connu une telle accumulation de duels en aussi peu de temps. Parfois plusieurs par jour. Lily Evans en devenait folle. Je me suis toujours demandé comment ils se sont retrouvés ensembles.

Loin dans le château, un carillon sonna une heure du matin. La Plume à Papote plongea dans le sac en crocodile, tandis que Rita s’empara du bloc-note bien rempli.

- Je crois que cela suffira pour aujourd’hui, Horace, dit-elle en relisant ses notes. Je vous remercie pour votre patience.

Elle lui tendit une main aux longs ongles manucurés.

- Demain même heure ? proposa-t-elle.

- Pas un petit peu plus tôt ? se risqua Slughorn d’une voix endormie.

Rita sourit.

- Demain même heure.

Et elle s’enfonça dans les ténèbres du long couloir menant à la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
Admin
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 29
Maison : Gryffondor
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Le grand, l'incomparable Cornedrue [TERMINE]   Dim 26 Aoû - 20:41

Après l'avoir lue et avoir oublié qu'elle était la. (aucun commentaires messieurs car sans moi vous ne rendrez aucun devoir à temps.)

Très belle présentation mon ami. Originale et complète, que demander de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mischief-managed.nicesubjects.com
 
Le grand, l'incomparable Cornedrue [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Calosome vermeil -ou Grand calosome ||TERMINE||
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mischief Managed :: Le Forum :: Présentations :: Présentations Elèves-
Sauter vers: